Marché du vêtement, pourquoi la friperie marche

by lookatshows / Jul 07, 2016 / 0 comments

Le marché de la friperie s’agrandit. De plus en plus d’hommes et de femmes s’adonnent au commerce des “yougou-yougou”, vêtements anciens ayant déjà été portés mais qui se retrouvent sur les marchés pour être vendus à des prix plus ou moins abordables. Dans plusieurs communes du district d’Abidjan, le marché de la friperie est en plein essor, même la prestigieuse  commune de Cocody n’est pas en reste. Dans plusieurs quartiers de la cité du maire N’gouan Mathias, les vendeurs et vendeuses de friperie se font du sous. Riviera 2, Attoban, Angré etc, ces vêtements sont prisés. Ailleurs à Yopougon Siporex, à Adjamé liberté etc., les clients de ces revendeurs de vêtements de « seconde main » sont nombreux. Hommes, femmes, jeunes et adultes se bousculent devant les étales des “yougou-yougou”, recherchant les vêtements les plus tendance. Mais, pourquoi se bousculer devant des étales de vêtements ayant déjà été porté par des inconnus? La question reste posée. En dépit de certains préjugés qui pèsent sur les vêtements issus de la friperie, ces vêtements ont conquis un marché non négligeable. D’ailleurs, pour beaucoup de gens les  “yougou-yougou” ont conquis les cœurs grâce à leur prix abordables. « Moi, je m’habille dans la friperie parce que ça coûte moins cher. En plus, ce sont généralement des vêtements de marque et ce sont des originaux » estime A.C, institutrice et une habituée du marché de Kouté dans le commune de Yopougon. Réputé pour son vaste marché de vente de friperie, le village de Kouté est devenu au fil des années l’un des plus célèbres d’Abidjan. Les mardis et vendredi les revendeurs et les clients arrivent de tous les quartiers pour avoir les meilleurs articles. Et de nombreux revendeurs d’autres communes se ravitaillent à Kouté. C’est le cas de C.T, un revendeur à Adjamé. « C’est à kouté que je vais chercher les habits pour venir vendre à Adjamé. Là bas, quand on casse les balles, il faut être là, sinon si tu viens après les gens ont déjà pris tout ce qui est bon.» souligne t-il. S’habiller dans la friperie n’a rien de honteux. En tout cas pas pour M.D., jeune assistante de direction, la trentaine révolue pour qui, il vaut mieux s’habiller avec des vêtements de marque dans la friperie que de se vêtir dans de nouveaux habits mais achetés dans la contrefaçon. « J’ai horreur de tout ce qui est contrefaçon. En dehors de mes ensembles tailleurs que je fais faire par mon couturier, la plupart de mes vêtements, je les achète à Kouté » signale-t-elle.  

Anna B.